Interview de l'abbé Pozzetto

dans "L'Homme Nouveau" du 15 Décembre 2002.

 

Saint Ignace aujourd'hui

    Alors que les retraites de saint Ignace refleurissent, l'abbé Pozzetto invite les laïcs à se servir de ce moyen spirituel pour mieux remplir leur vocation dans la société selon les enseignements de Christifideles laici de Jean-Paul II.

Propos recueillis par Stéphen VALLET

- N'est-ce pas un peu dépassé aujourd'hui de proposer les retraites de saint Ignace dont on a dit tant de mal ?

... Abbé François Pozzetto : Tout d'abord, une précision : je prêche aussi des retraites pour fiancés, pour foyers et, en collaboration avec Domus Christiani, des retraites pour familles: parents et enfants suivent chacun une retraite, la dernière a réuni 140 personnes dont trois prêtres, deux diacres et sept religieuses. Nous étions au Puy, dans le magnifique cadre d'un lycée catholique ; nous recommençons en 2003 au Puy à la Toussaint et le 1"' mai en Normandie. Ces récollections pour fiancés, foyers et familles ne durent que deux jours.

    Pour répondre à votre question, il faut inviter chacun de vos lecteurs à venir voir sur place et vivre cette intense semaine, avec Notre-Seigneur et Notre-Dame. Il est vrai que certains prédicateurs ont pu profiter de cette méthode pour insister trop sur quelques points. Il faut beaucoup d'équilibre pour ces prédications et savoir apprendre des anciens. J'ai eu la grâce d'être formé par le Père Gérentet et le Père Grasset, deux remarquables prédicateurs avec qui je prêche des retraites ; je forme aussi de jeunes prêtres pleins de promesses. Enfin précisons que tous les papes jusqu'à Jean-Paul II ont recommandé cette méthode de retraite.

- Vos retraites se déroulent en cinq jours, saint Ignace les a prévues pour trente jours. N'abandonnez-vous pas ainsi un fondement de la tradition ?

... Abbé F.P. : Il est vrai que ces retraites sont prévues pour trente jours, mais qui peut dégager tout un mois pour une retraite ? C'est l'un des grands mérites du Père Vallet d'avoir " réduit " les Exercices à cinq jours afin de s'adapter aux temps actuels et de permettre au maximum de personnes d'en profiter. Voilà pourquoi ces retraites sont très denses, mais tous et toutes en ressortent plus forts pour vivre dans le monde d'aujourd'hui et tenir leur place dans l'Église. Pour certains, ces retraites sont l'occasion de prendre des décisions importantes pour leur vie personnelle, familiale, ou pour leur engagement politique, social ou caritatif.

- On entend dire qu'il y a une résonance politique dans vos retraites ?

... Abbé F.P. : Nos retraites, selon la méthode du Père Vallet, ont un caractère nettement anti-libéral et nous voulons au cours de nos prédications prêcher la Royauté social de Jésus-Christ-Roi dans chacun des cœurs de retraitants mais aussi dans leur famille, leur milieu de travail et dans la cité ; nous faisons de la politique, en ce sens que nous invitons nos retraitants à s'engager pour le salut de leur patrie en grand danger. En cela, nous voulons être fidèles à ce magnifique travail de complémentarité qui existe depuis les " Congrès de Lausanne " entre clercs et laïcs. Il s'agit pour les laïcs de venir puiser des forces en retraite, très régulièrement et de repartir au combat et pour nous, clercs, de vous prêcher toute la doctrine de l'Église jusqu'à ses implications temporelles dans la cité. Que Dieu nous permette de plus en plus cette saine et sainte complémentarité.