Celle qui est au-dessus de tout

Charles Péguy

 

Il y a des jours dans l'existence où on sent qu'on ne peut plus se contenter des saints patrons...

Alors il faut prendre son courage à deux mains.

Et s'adresser directement à celle qui est au-dessus de tout.

Être hardi. Une fois. S'adresser hardiment à celle qui est infiniment belle.

Parce qu'aussi elle est infiniment bonne.

A celle qui intercède.

La seule qui puisse parler avec l'autorité d'une mère.

S'adresser hardiment à celle qui est infiniment pure.

Parce qu'aussi elle est infiniment douce.

A celle qui est infiniment noble.

Parce qu'aussi elle est infiniment courtoise. Infiniment accueillante.

Accueillante comme le prêtre qui au seuil de l'église va au-devant du nouveau-né jusqu'au seuil.

Au jour de son baptême.

Pour l'introduire dans la maison de Dieu.

A celle qui est infiniment riche

Parce qu'aussi elle est infiniment pauvre.

A celle qui est infiniment haute

Parce qu'aussi elle est infiniment descendante.

A celle qui est infiniment grande

Parce qu'aussi elle est infiniment petite.

Infiniment humble

Une jeune mère.

A celle qui est infiniment jeune

Parce qu'aussi elle est infiniment mère.

A celle qui est infiniment droite

Parce qu'aussi elle est infiniment penchée.

A celle qui est infiniment joyeuse

Parce qu'aussi elle est infiniment douloureuse.

Septante et sept fois septante douloureuse.

A celle qui est infiniment touchante

Parce qu'aussi elle est infiniment touchée.

A celle qui est toute Grandeur et toute Foi

Parce qu'aussi elle est toute Charité.

A celle qui est toute Foi et toute Charité

Parce qu'aussi elle est toute Espérance.