Prière pour le temps de l'Avent 

Seigneur, pendant ce temps de l'Avent, avec toute l'Eglise, je médite votre venue au monde où, dans le sein de la très sainte Vierge Marie, votre Mère, vous vous êtes offert en qualité d'hostie, comme sur un autel, afin d'être un jour immolé et consommé pour mon salut.

Seigneur à qui tout appartient dans le Ciel et sur la terre, je veux aussi me donner volontairement à vous, pour vous servir, vous adorer et vous plaire. Recevez-moi avec l'offrande que votre prêtre fait à l'autel, du pain sans levain et du vin mêlé d'eau.

Parce que je connais, Seigneur, mon iniquité, je dépose toutes mes fautes et tous mes manquements sur l'autel de propritiation pour que vous les consumiez par le feu de votre amour. Je vous offre ma contrition et mes réparations pour mes fautes passées, je vous offre mes résolutions de mieux vivre à l'avenir.

Je veux, Seigneur, par l'offrande des biens que j'ai faits et les maux que je souffre, recevoir vos grâces pour qu'au jour de Noël où l'Eglise me rappellera votre naissance dans la pauvre crèche de Bethléem, je puisse présenter à votre autel des mérites nouveaux, obtenus par les exercices de l'Avent : que mes oeuvres de miséricorde vous soient un peu du bois de votre berceau, que mes oeuvres pies vous soient un peu de l'affection des bergers et que mes pénitences vous soient un peu du souffle chaud des deux animaux.

Je veux, au jour de l'Epiphanie, quand l'Eglise me rappellera la visite des Mages à la crèche de Bethléem, vous offrir l'or de mes observances, l'encens de mes prières et la myrrhe de mes mortifications.

Je vous offre encore, Seigneur, tous les pieux désirs des âmes fidèles, les besoins de ceux qui me sont chers, de ceux qui m'ont fait quelque bien pour l'amour de vous, de ceux qui ont demandé ou désiré mes prières et, aussi, des âmes qui réparent leurs fautes et se sanctifient dans le Purgatoire.

Je vous offre aussi mes prières pour ceux qui m'ont offensé, qui m'ont contristé, qui m'ont blâmé, qui m'ont fait quelque tort ou quelque peine.

Je vous les offre enfin pour ceux que j'ai moi-même affligés, blessés, troublés ou scandalisés, volontairement ou involontairement. Otez de mon cœur, Seigneur, le soupçon, l'aigreur, la colère, tout ce qui divise et tout ce qui peut altérer la charité.